Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 21:32

Täpati 23 Juillet 2017.

Taiòraa

Mätaio 13,24-43

Te tïtänia

24 Ua tuu atu ra o ia i te tahi ä parapore ia rätou, nä ô atu ra E au te Hau o te raì i te hoê taata i ueue i te huero maitaì i roto i ta na ra âua/faaapu. 25 I te taime te taòto ra te taata, ua haere mai ra to na ènemi, ueue iho ra i te tïtänia i roto i te tïtona, e haere ê atu ra. 26 Ia tupu te mau räau rii e ia faahotu mai i te mäa, ìteä-atoà-hia iho ra te tïtänia. 27 Ua haere mai ra te mau tävini o te fatu fare, ua parau mai ra ia na E te Fatu, eere änei i te huero maitaì ta òe i ueue i roto i ta òe âua no hea iho nei hoì te tïtänia 28  Ua pähono atu ra o ia ia rätou Na te ènemi te reira i rave. Ua parau mai ra te mau tävini ia na E tii änei mätou e hutihuti/huhuti  29 Ua parau atu ra o ia Eiaha, o te taäa atoà òutou i te tïtona ia hutihuti òutou i te tïtänia. 30 E vaiiho noa ia tupu âpipiti noa na e tae noa atu i te ôotiraa tïtona e ia tae i te tau ôotiraa ra, na ù ia e parau atu i te feiä ôoti E mata na nä mua roa i hutihuti i te tïtänia e a ruru ai ia täninahia i te auahi, âreà te tïtona, e haaputu ia i roto i ta ù fare vairaa tïtona.

Te huero tïnapi

(Mär 4.30-32; Rut 13.18-19)

31 Ua tuu faahou atu ra o ia i te tahi ä parapore ia rätou, nä ô atu ra E au te Hau o te raì i te hoê huero tïnapi ta te hoê taata i rave e tä na i tanu i roto i ta na âua/faaapu; 32 o te huero iti roa ia i te mau huero atoà nei, ia tupu rä e rahi roa ia i te mau räau tupu atoà, e e riro mai ei tumu räau, e e tau mai te mau manu o te reva no te hämani i to rätou ôfaaraa i nià i to na mau âmaa.

Te faahöpue

(Rut 13.20-21)

33 Ua parau atu ra o ia i te tahi ä parapore ia rätou E au te Hau o te raì i te faahöpue tei ravehia e te hoê vahine e tei ânoìhia i roto i nä fäito färaoa ota e toru, e höpue atu ra te täatoà o taua färaoa ra.

No te aha Ietu i parau parapore ai

(Mär 4.33-34)

34 Taua mau parau atoà ra, ua parau paraporehia ia e Ietu i te tiàa rahi aore roa e parau tä na i parau atu ia rätou tei òre i na-roto-hia i te parapore, 35 ei faatupuraa i tei parauhia e te perofeta E hämama taù vaha no te parau i te parapore, e poro vau i te mau òhipa i hunahia mai te mauraa mai o teie nei ao

Te tätararaa o te tïtänia

36 Vaiiho iho ra Ietu i te tiàa rahi, e tomo atu ra i roto i te fare. Ua haere mai ra ta na mau pipi, nä ô mai ra ia na a tätara mai na ia mätou i te parapore o te tïtänia i roto i te âua/faaapu. 37 Ua pähono atu ra Ietu ia rätou O tei ueue i te huero maitaì ra, o te Tamaiti ia a te taata. 38 Te âua ra, o teie nei ao ia; te huero maitaì ra, o te mau tamarii ia o te Hau; e te tïtänia ra, o te mau tamarii ia a te värua ìno/hämani ìno. 39 Te ènemi i ueue i te tïtänia ra, o te tiàporo ia; te ôotiraa tïtona ra, o te hopeà ia o teie nei ao te feiä ôoti ra, o te mau merahi ia. 40 E mai te tïtänia i haaputuhia e i tähuhia i te auahi ra, òia atoà ia i te hopeà o teie nei ao. 41 E tono mai te Tamaiti a te taata i ta na mau merahi, e na rätou e hutihuti o ia i te mau tumu atoà e turori ai e te feiä e faatupu i te ìno, mai roto atu i to na Hau; 42 a huri atu ai ia rätou i roto i te umu auahi; tei reira te òto e te àuàuraa niho. 43 Ei reira te feiä parau-tià e ànaana mai ai mai te mahana ra, i roto i te Hau o to rätou Metua. E tarià tö na ra, ia faaroo ia.

Manaò

No teie mahana haamoriraa,  e haamata te manaò na roto i teie Taramo 86 1 E pure na Tävita. A färiu mai i to tarià, e te Fatu, a faaroo mai ia ù, ua haèhaa vau e te faufaa òre. 2 E faaora hoì òe i taù värua, te arohahia mai nei hoì au e òe ia ora, e taù Atua, to tävini e tiàturi ia òe nei.3 E aroha mai òe ia ù, e te Fatu, te tiàoro nei au ia òe, aita e mahana tuua. 4 E faaòaòa mai i te värua o to tävini, te faaàraàra atu nei au i taù värua ia òe, e te Fatu e. 5 Te maitaì ra hoì òe, e te Fatu, e ua tià ia òe te faaòre mai i te hara nei e te aroha rahi i te feiä atoà e tiàoro atu ia òe ra. 6 E faaroo mai, e te Fatu, i taù pure, e haapaò mai i ta ù e ani nei.7 Ia tae i te mahana e àti ai au ra, ua tiàoro vau ia òe ra, e faaroo mai hoì òe ia ù nei. 8 Aore o òe e fäito, e te Fatu, i roto i te mau atua atoà ra, aore hoì e òhipa e au i ta òe ra òhipa. 9 Te mau fenua atoà i hämanihia e òe ra, e tae atoà mai e haamori i mua ia òe, e te Fatu, a faateitei ai i to òe ra iòa. 10 E Atua rahi hoì òe, e te òhipa taa ê ta òe e rave ra O òe anaè ra te Atua mau 11 E haapii mai òe, e te Fatu, i to òe ra èà, e haapaò vau i ta òe ra parau mau, ia rötahi mäite hoì taù âau i te mataùraa i to iòa na. 12 E haamaitaì ä vau ia òe, e te Fatu, e taù Atua, mä taù âau atoà ra e faarahi tämau ä vau i to òe ra iòa. 13 Ua rahi hoì to òe aroha ia ù, ua faaora hoì òe ia ù i häte i raro roa ra. 14 Te feiä teòteò tei tià mai, e te Atua, e märô mai ia ù e te âmuiraa o te feiä àito ra, tei tïtau mai ia ù ia pohe aore hoì rätou i tuu ia òe i mua ia rätou ra.15 O òe rä, e te Fatu, e Atua hämani maitaì òe, e te aroha, e te faaòromaìraa roa, e te rahi hoì i te faaherehere, e te parau mau.16 E haapaò mai ä òe ia ù, e hämani maitaì mai hö mai na i to òe ra itoito i to tävini nei, e faaora hoì te tamaiti a to tävini vahine.17 E faaìte mai ia ù i te tahi täpaò maitaì, ia ìte mai te feiä i riri mai ia ù nei a haamä atu ai, ia tauturu mai òe, e te Fatu, e ia haamähanahana mai ia ù.

Tätou parau no teie mahana haamoriraa e parau ia tei päpaìhia e Mätaio i te faatiàraa a Ietu i te pene 13 i te mau ìrava 24 e tae i te 43. Tei tuhahia e toru tuhaa i roto i teie mau huru parauraa ia ìtehia te faufaa o te  türamaraa e tïtauhia ra Ietu i te faatiàraa na roto i te parapore.

- E au te Hau o te raì i te hoê taata i ueue i te huero maitaì i roto i ta na ra faaapu. Ia tupu te mau räau rii e ia faahotu mai i te mäa, ìteä-atoà-hia iho ra te tïtänia, e hutihuti, vaiiho noa ia tupu âpipiti noa na e tae noa atu i te ôotiraa tïtona e ia tae i te tau ôotiraa ra, na ù ia e parau atu i te feiä ôoti E mata na nä mua roa i te hutihuti i te tïtänia e a ruru ai ia täninahia i te auahi, âreà te tïtona, e haaputu ia i roto i ta ù fare vairaa.

-E au te Hau o te raì i te hoê huero tïnapi ta te hoê taata i rave e tä na i tanu i roto i ta na faaapu, huero iti roa ia i te mau huero atoà, ia tupu rä e rahi roa ia i te mau räau tupu atoà, e riro mai ei tumu räau, e tau mai te mau manu o te reva no te hämani i to rätou ôfaaraa i nià i to na mau âmaa.

-E au te Hau o te raì i te faahöpue tei ravehia e te hoê vahine e tei ânoìhia i roto i nä fäito färaoa ota e toru, e höpue atu ra te täatoà o taua färaoa ra.

No te aha Ietu i parau parapore ai no te faatupuraa i tei parauhia e te perofeta E hämama taù vaha no te parau i te parapore, e poro vau i te mau òhipa i hunahia mai te mauraa mai o teie nei ao

Te tätararaa a Ietu, O tei ueue i te huero maitaì ra, o te Tamaiti ia a te taata. Te âua ra, o teie nei ia ao te huero maitaì ra, o te mau tamarii ia o te Hau; e te tïtänia ra, o te mau tamarii ia a te värua hämani ìno. Te ènemi i ueue i te tïtänia ra, o te tiàporo ia te ôotiraa tïtona ra, o te hopeà ia o teie nei ao te feiä ôoti ra, o te mau merahi ia. E mai te tïtänia i haaputuhia e i tähuhia i te auahi ra, òia atoà ia i te hopeà o teie nei ao. E tono mai te Tamaiti a te taata i ta na mau merahi, e na rätou e hutihuti o ia i te mau tumu atoà e turori ai e te àuàuraa niho. Ei reira te feiä parau tià e ànaana mai ai mai te mahana ra, i roto i te Hau o to rätou Metua. E tarià tö na ra, ia faaroo ia.

I to tätou faaroo i teie mau parau te naò nei ia te manaò, te Atua Nui Tumu Tahi e te fenua i te mea  o te Atua

te mätamua, e o te Atua te faahopeà, e aita atu Atua ê atu i te Atua. Te turu nei te Värua Parau Mau i to tätou nei paruparu, ma te päheru i to tätou âau i to te Värua hinaaro, tei au i to te Atua ra hinaaro. Ei reira tätou e ànaana ai mai te mahana ra, i roto i te Hau o to tätou Fenua no te ao Mäòhi i Mäòhi Nui nei. E tarià tö na ra, ia faaroo ia.

Te Atua Nui Tumu Tahi e te fenua, ua ìte ia tätou e, te huru o te fenua, te huru atoà ia o te taata. Rau noa atu ai te huru o te taata, rau noa atu ai ta rätou hiòraa i to rätou iho parau, te parau o te fenua, e te parau o te Atua. Eiaha tätou e tiàturi e, e hoê ta rätou hiòraa i teie nä parau. Ia manaò tätou e faahapa i te tahi nünaa te mea o ia i òre i hiò i te parau o te fenua e to te Atua mai ta te nünaa Ìteraèra e hiò ra, te faahapa atoà ra ia tätou i te tiàmäraa o te Atua i hinaaro ia taa ê te tahi nünaa i te tahi, e te haafaufaa òre ra hoì i te tiàmäraa ta te Atua i horoà i te reira e te reira nünaa no te faaìte i te märamarama ta te Värua Moà i horoà ia rätou i nià i te Atua. Aita roa atu i roto ia tätou te manaò parau e, te vai ra te mea tano, te vai ra te mea hape, aore ra ta vai te mea tano e ta vai te mea hape. No te reira huru manaò i rahi ai te ìno i te ravehia i nià i terä e terä nünaa, àti aè te ao nei, no te hinaaro faahepo e te faautuà i te taata ia òre noa atu ia färii i te parau mau a te tahi nünaa. Eita paha tätou e hape ia parau tätou e, ua tuu te Atua i te tahi pura märamarama i roto i te mau nünaa atoà, aita rä e nünaa tei hope te märamarama o te Atua i roto ia na. Ia färii tätou i te reo o te Atua e parau ra e  No ù te mau fenua o te ao nei e te feiä atoà e pärahi i reira, eita e tià ia tätou ia òre ia ìte i te tiàmäraa o te mau nünaa atoà i te horoà mai i ta rätou hiòraa i nià i te fenua e te Atua. Te ineineraa hoì tätou i te hiò e te faaroo i te manaò o te tahi e te tahi, eere ia i te täpaò färii, eere atoà rä i te manaò pätoì, e ìteraa noa rä i te tiàmäraa ta te Atua i horoà i te mau nünaa. Te rahi o te hoê nünaa, aita to roto i te faaäuraa ia na e te ìmiraa hoì i te räveà ia riro o ia mai te tahi atu nünaa. Te fifi e riro i te tupu mai, to te tahi ia nünaa ìmiraa i te räveà ia fäito o ia i te nünaa ta na i faariro ei hiòraa e ei faahinaaroraa na na; âreà te mea faufaa, te faatupuraa ia te nünaa tätaì tahi i to na iho parau, ia au i te haapiiraa ta te värua o te fenua e faaìte ra ia na. To tätou àti rahi i teie mahana i roto i te faatereraa o te Etärëtia, e i roto atoà i te faatereraa o te fenua, te mea ia tätou i faahinaaro i te huru, te peu, te manaò, e te hiòraa a te Papaâ, mai te haafaufaa òre ia tätou iho. Ia ìno tätou, i reira tätou e pari ai i te Papaâ. Ua hape. No te aha. No te mea aita e ìno e haere to na tupuraa i te rahi mai te peu aita tätou i faaòhie i to na tupuraa. Mai te peu e tiàmäraa no tätou, mai ta tätou i faahiti noa mai na, eere ia no te färii noa i te tupuraa o te ìno, no te pätoì atoà rä i to na mauraa mai e no te ìmi i te räveà ia morohi roa atu. E tano ia parauhia e, ua hape ta tätou taiòraa e ta tätou märamaramaraa i te tatararaa o Ietu no te Tïtänia mea tià ia taiò faahouhia.

Te ìte ra tätou e, ua färii hope roa Ietu i te täpaò no te ora ta te fenua e faaìte ra, no te mea ia ua färii hope roa o ia i te tumu o te ora, oia te fenua, e ua färii hope roa hoì i te Atua, te tumu o te ora. Te Atua Nui Tumu Tahi e te fenua, hoê ä ia, i roto i te mea ta tätou e parau nei e, te ôroà a te Fatu, te haapäpü atoà ra Ietu i to na hoêraa i te fenua, te mea atoà ia o ia i rave ai i teie iòa, Tamaiti na te taata, oia hoì e tamaiti na te fenua, Aita Ietu i huna, aita hoì i haafaufaa òre i te fenua, ua faateniteni rä o ia i te parau o te fenua. Haamanaò atoà rä tätou e, ia òre tätou ia färii i te horoà a te fenua, ia òre hoì ia ìte i te reira ei horoà na te Atua, ua tärahu tätou i te fenua, e ua tärahu hoì i te Atua. Eere rä e, o te reira anaè, te mea atoà rä te reira e faaère ia tätou i te ora. No reira, aita atu e räveà e matara ai ia tätou te ùputa o te ora maoti rä, ia vaiiho i te Atua ia  hämani faahou i to tätou tarià. Te auraa, ia òre tätou ia ìmi i te räveà ia matara te ùputa o te ora, te vai matara noa ra te ùputa o te àti e te pohe. Etärëtia noa ai tätou, eita tätou e tano e nä nià aè i te Atua, eita hoì e tano i te tahi noa paturaa rima, e haamoè i ta te Atua tïtauraa ia tätou i teie mahana. Ahiri e parau teie no te pohe o te taata hoê, eere ia i te mea peàpeà roa, no te mea rä e, e parau teie no te pohe, aore ra te ora o te nünaa faaroo, eita e tià ia tätou ia haameremere e ia tähitohito i te hinaaro o te Atua. E tià roa rä ia haapäpühia, ia òre to tätou manaò ia rara  te färiiraa i te fenua, eere te färii-noa-raa i te mäa no roto mai i te fenua, no te mea eere te reira anaè te horoà a te fenua, noa atu ia e, ta na te reira horoà faufaa roa aè i maitaì ai e i òhie ai te oraraa o te taata, e tae noa atu i te mau mea oraora atoà e nee nei e të hähaere nei nä nià i te tua o te fenua. No tätou te taata nei, te färiiraa i te fenua, te färiiraa ia e Tumu te mäòhi nä mua roa. Te fenua ta te Atua i haamaitaì e ta na i haamoà, te fenua atoà ia no reira tätou i te raveraahia mai, tätou, e te mau Tupuna ta teie fenua i faaàmu, ta na i haapii, ta na i arataì i roto i te oraraa, e ta na i faaìte i te parau o te Atua.

 

Teraì òr. Faatura.

 

Puta turu, Te Atua e te  Fenua a Turo a Raapoto.

 

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:39

Textes pour


La Semaine de prière pour l’unité des chrétiens
et pour toute l’année
2018

Ta main droite, Seigneur,
éclatante de puissance

(Ex 15,6)

Conjointement préparés et publiés par
le Conseil Pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens
la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises

Traduction de l’original anglais
Conseil Pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens


Citations scripturaires :

Les citations bibliques en version française reproduites dans ces pages sont empruntées à la Nouvelle Traduction œcuménique de la Bible (TOB), © Bibli’O – Société biblique, française et Éditions du Cerf, 2010. Tous droits réservés.

À TOUS CEUX QUI ORGANISENT LA SEMAINE
DE PRIÈRE POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

Rechercher l’unité tout au long de l’année

Dans l’hémisphère nord, la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens est célébrée du 18 au 25 janvier. Ces dates furent proposées en 1908 par Paul Wattson de manière à couvrir la période entre la fête de saint Pierre et celle de saint Paul. Ce choix a donc une signification symbolique. Dans l'hémisphère Sud, où le mois de janvier est une période de vacances d'été, on préfère adopter une autre date, par exemple aux environs de la Pentecôte (ce qui fut suggéré par le mouvement Foi et Constitution en 1926) qui représente aussi une autre date symbolique pour l’unité de l’Église.

En gardant cette flexibilité à l’esprit, nous vous encourageons à considérer ces textes comme une invitation à trouver d'autres occasions, au cours de l'année, pour exprimer le degré de communion que les Églises ont déjà atteint et pour prier ensemble en vue de parvenir à la pleine unité voulue par le Christ.

Adapter les textes

Ces textes sont proposés étant bien entendu que, chaque fois que cela sera possible, on essayera de les adapter aux réalités des différents lieux et pays. Ce faisant, on devra tenir compte des pratiques liturgiques et dévotionnelles locales ainsi que du contexte socio-culturel. Une telle adaptation devrait normalement être le fruit d’une collaboration œcuménique. Dans plusieurs pays, des structures œcuméniques sont déjà en place et elles permettent ce genre de collaboration. Nous espérons que la nécessité d'adapter la Semaine de prière  à la réalité locale puisse encourager la création de ces mêmes structures là où elles n'existent pas encore.

Utiliser les textes de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens

§ Pour les Églises et les Communautés chrétiennes qui célèbrent ensemble la Semaine de prière au cours d'une seule cérémonie, ce livret propose un modèle de Célébration œcuménique de la Parole de Dieu.

§ Les Églises et Communautés chrétiennes peuvent également se servir pour leurs célébrations des prières ou des autres textes de la Célébration œcuménique de la Parole de Dieu, des textes proposés pour les Huit Jours et du choix de prières en appendice de cette brochure.

§ Les Églises et Communautés chrétiennes qui célèbrent la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens chaque jour de la semaine, peuvent trouver des suggestions dans les textes proposés pour les Huit Jours.

§ Les personnes désirant entreprendre des études bibliques sur le thème de la Semaine de prière peuvent également se baser sur les textes et les réflexions bibliques proposés pour les Huit Jours. Les commentaires de chaque jour peuvent se conclure par une prière d'intercession.

§ Pour les personnes qui souhaitent prier en privé, les textes contenus dans cette brochure peuvent alimenter leurs prières et leur rappeler aussi qu'elles sont en communion avec tous ceux qui prient à travers le monde pour une plus grande unité visible de l’Église du Christ.

TEXTE BIBLIQUE pour 2018

Exodus 15,1-21

Alors, avec les fils d’Israël, Moïse chanta ce cantique au Seigneur. Ils dirent : 

« Je veux chanter le Seigneur, il a fait un coup d’éclat. Cheval et cavalier, en mer il les jeta. Ma force et mon chant, c’est le Seigneur. Il a été pour moi le salut. C’est lui mon Dieu, je le louerai ; le Dieu de mon père, je l’exalterai. Le Seigneur est un guerrier. Le Seigneur, c’est son nom.

Chars et forces du Pharaon, à la mer il les lança. La fleur de ses écuyers sombra dans la mer des Joncs. Les abîmes les recouvrent, ils descendirent au gouffre comme une pierre. Ta droite, Seigneur, éclatante de puissance, ta droite, Seigneur, fracasse l’ennemi. Superbe de grandeur, tu abats tes adversaires. Tu brûles d’une fureur qui les dévore comme le chaume. Au souffle de tes narines, les eaux s’amoncelèrent, les flots se dressèrent comme une digue, les abîmes se figèrent au cœur de la mer. L’ennemi se disait : Je poursuis, je rattrape, je partage le butin, ma gorge s’en gave. Je dégaine mon épée, ma main les dépossède ! Tu fis souffler ton vent, la mer les recouvrit. Ils s’engouffrèrent comme du plomb dans les eaux formidables.

Qui est comme toi parmi les dieux, Seigneur ? Qui est comme toi, éclatant de sainteté ? Redoutable en ses exploits ? Opérant des merveilles ? Tu étendis ta droite, la terre les avale.

Tu conduisis par ta fidélité le peuple que tu as revendiqué. Tu le guidas par ta force vers ta sainte demeure. Les peuples ont entendu : ils frémissent. Un frisson a saisi les habitants de Philistie. Alors furent effrayés les chefs d’Edom. Un tremblement saisit les princes de Moab. Tous les habitants de Canaan sont ébranlés. Tombent sur eux la terreur et l’effroi. Sous la grandeur de ton bras ils se taisent, pétrifiés, tant que passe ton peuple, Seigneur, tant que passe le peuple que tu as acquis. Tu les fais entrer et tu les plantes sur la montagne, ton patrimoine. Tu as préparé, Seigneur, un lieu pour y habiter. Tes mains ont fondé, ô Seigneur, un sanctuaire. Le Seigneur règne à tout jamais ! »

Le cheval du Pharaon avait pénétré dans la mer, avec ses chars et ses cavaliers, et le Seigneur avait fait revenir sur eux les eaux de la mer : mais les fils d’Israël, eux, avaient marché à pied sec au milieu de la mer.

La prophétesse Miryam, sœur d’Aaron, prit en main le tambourin ; toutes les femmes sortirent à sa suite, dansant et jouant du tambourin. Et Miryam leur entonna : « Chantez le Seigneur, il a fait un coup d’éclat. Cheval et cavalier, en mer il les jeta ! »

La Bible – Traduction œcuménique – TOB

 

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:37

INTRODUCTION AU THÈME DE L’ANNÉE 2018

Ta main droite, Seigneur, éclatante de puissance
(Ex 15,6)

La région des Caraïbes

La région des Caraïbes que nous connaissons aujourd’hui – et dont l’appellation provient du nom d'un de ses peuples autochtones, le peuple Kalinago autrefois dénommé ‘Caribes’ – est une réalité complexe. Très étendue géographiquement, cette région comprend des territoires insulaires et continentaux où se côtoient un ensemble riche et varié de traditions ethniques, linguistiques et religieuses. C'est aussi une réalité politique composite formée d’un large éventail de systèmes gouvernementaux et constitutionnels, allant des dépendances coloniales (britanniques, hollandaises, françaises et américaines) aux états-nations républicains.

Les Caraïbes contemporaines ont été profondément marquées par le projet déshumanisant de l'exploitation coloniale. Dans la recherche agressive de gains marchands, les colonisateurs instaurèrent des systèmes violents fondés sur le commerce des êtres humains et les travaux forcés. Initialement, ces pratiques asservirent et décimèrent la population et, dans certains cas, exterminèrent les peuples autochtones de la région. Ensuite, ce fut le début de l'esclavage des Africains et le travail forcé de populations originaires de l'Inde et de la Chine.

À chaque étape, les systèmes institués par les colonisateurs tentaient de dépouiller les personnes asservies de leurs droits inaliénables : leur identité, leur dignité humaine, leur liberté et leur auto-détermination. L'esclavage des Africains ne se limitait pas seulement au déplacement des travailleurs d'un endroit à un autre. Offensant la dignité humaine donnée par Dieu, on traita comme une marchandise l’être humain, une personne pouvant devenir la propriété d'une autre. L'esclave étant conçu comme un bien, d’autres usages apparurent qui tentèrent de déshumaniser plus encore les Africains, notamment en leur refusant le droit à leurs pratiques culturelles et religieuses, au mariage et à la vie familiale.

Malheureusement, pendant cinq cents ans de colonialisme et d'esclavage, l'activité missionnaire chrétienne dans la région, à l'exception de quelques exemples remarquables, fut étroitement liée à ce système déshumanisant et, de diverses manières, alla même jusqu’à le rationaliser et à le renforcer. Alors que ceux qui apportaient la Bible dans cette région utilisaient les Écritures pour justifier l’asservissement auquel ils soumettaient tout un peuple, dans les mains des esclaves elle devint une source d’inspiration, avec l’assurance que Dieu était de leur côté et qu’il les conduirait vers la liberté.

Le thème de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 2018

Aujourd'hui, les chrétiens de nombreuses traditions différentes voient dans la fin de l'esclavage l’action de la main de Dieu. Pour eux, il s’agit d’une expérience commune de l'action salvatrice de Dieu qui apporte la liberté. C'est pourquoi le choix du chant de Moïse et de Miryam (Ex 15,1-21) comme thème de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 2018 a été considéré comme le plus approprié. C'est un chant de triomphe sur l'oppression. Ce thème a été repris dans l’hymne « La main droite de Dieu », écrit lors d’un travail de groupe de la Conférence des Églises des Caraïbes en août 1981, qui est devenu l’« hymne » du mouvement œcuménique dans la région et a été traduit en de nombreuses langues.

Comme les fils d’Israël, les peuples des Caraïbes ont un chant de victoire et de liberté à chanter, et ce chant les unit. Cependant, les défis contemporains constituent encore une menace d'asservissement et mettent de nouveau en péril la dignité de la personne humaine créée à l'image et à la ressemblance de Dieu. Si la dignité humaine est inaliénable, elle est souvent masquée par le péché individuel et le mal qu’engendrent nos structures sociales. Dans notre monde déchu, la justice et la compassion qui honorent la dignité humaine font trop souvent défaut dans nos relations sociales. La pauvreté, la violence, l'injustice, la dépendance à la drogue et à la pornographie, la douleur, la détresse et l'angoisse qui en découlent sont des expériences qui portent atteinte à la dignité humaine.

Beaucoup de défis contemporains sont eux-mêmes l'héritage d'un passé colonial et du commerce des esclaves. Les blessures du psychisme collectif se manifestent aujourd'hui dans les problèmes sociaux liés à la faible estime de soi, à la brutalité des gangs et aux violences domestiques ainsi qu’à la détérioration des relations familiales. Bien qu’elles proviennent du passé, ces questions sont également exacerbées par la réalité contemporaine que beaucoup qualifieraient de néo-colonialisme. Dans les circonstances actuelles, il semble presque impossible pour beaucoup de nations de cette région de sortir de la pauvreté et de l’endettement. En outre, un grand nombre d’entre elles conservent encore dans leur cadre législatif des dispositions qui continuent d’être discriminatoires.

La main droite de Dieu, qui a fait sortir son peuple de l'esclavage, n’a cessé de donner espoir et courage aux fils d’Israël, comme elle continue de le faire avec les chrétiens des Caraïbes. Ils ne sont pas victimes des circonstances. En témoignant de cette espérance commune, les Églises travaillent ensemble au service de tous les peuples de la région, particulièrement des plus vulnérables et de ceux que l’on oublie. Comme le chante cet hymne, « la main de Dieu sème sur la terre la paix, l’espoir, la liberté ».

Réflexion biblique et pastorale sur le texte (Ex 15,1-21)

Le Livre de l'Exode nous fait découvrir trois périodes : la vie des fils d’Israël en Égypte (1,1-15,21) ; le voyage des fils d’Israël dans le désert (15,22-18,27) ; et l'expérience du Sinaï (19-40). Le passage choisi, le Cantique de Moïse et Miryam, détaille les événements qui conduiront à la libération de l'esclavage du peuple de Dieu. Il conclut la première période.

« C'est lui mon Dieu, je le louerai » (15,2)

Les versets 1 à 3 du chapitre 15 mettent l’accent sur la louange de Dieu : « Ma force et mon chant, c’est le Seigneur. Il a été pour moi le salut. C'est lui mon Dieu, je le louerai ; le Dieu de mon père, je l'exalterai »(15,2). Dans ce chant, dirigé par Moïse et Myriam, les fils d’Israël chantent les louanges du Dieu qui les a libérés. Ils réalisent que le plan et l’objectif de Dieu de libérer son peuple ne peuvent être ni contrariés, ni entravés. Aucune force, pas même les chars de Pharaon, son armée ou sa puissance militaire bien entraînée, ne peuvent faire échouer la volonté de Dieu qui est de libérer son peuple (15,4-5). Dans ce cri joyeux de louange, nous, chrétiens de différentes traditions, reconnaissons que Dieu est notre Sauveur à tous ; nous exultons car il a tenu ses promesses et continue de nous apporter son salut par l'Esprit Saint. Dans le salut qu'il nous offre, nous reconnaissons qu'il est notre Dieu et que nous sommes tous son peuple.

« Ta main droite, Seigneur, éclatante de puissance » (15,6)

La libération et le salut du peuple de Dieu adviennent par la puissance divine. On peut voir dans la main droite de Dieu à la fois la victoire assurée de Dieu sur ses adversaires et la protection infaillible qu’il étend sur son propre peuple. Malgré la détermination de Pharaon, Dieu a entendu les lamentations de son peuple, ce peuple qu’il ne laissera pas périr car il est le Dieu de la vie. En contrôlant le vent et la mer, Dieu montre sa volonté de préserver la vie et de détruire la violence (Ex 15,10). En sauvant les fils d’Israël, Dieu en a fait un peuple de louange reconnaissant son amour inébranlable.

Pour son peuple, cette libération constitue une espérance et une promesse. C’est une espérance car un jour nouveau s’est levé, qui donne à ses membres d’adorer librement leur Dieu et de vivre en plénitude. C'est aussi une promesse : leur Dieu les accompagnera tout au long du chemin et aucune force ne pourra contrecarrer son dessein pour eux.

Dieu utilise-t-il la violence pour combattre la violence ?

Certains Pères de l'Église ont interprété ce récit comme une métaphore de la vie spirituelle. Augustin, par exemple, identifie dans l'ennemi qui est jeté à la mer non pas les Égyptiens, mais le péché.

En effet, tous nos péchés passés qui pesaient sur nos épaules, il les a engloutis et effacés dans le baptême. Ces esprits impurs gouvernaient nos ténèbres comme leurs montures, et comme des cavaliers, ils les poussaient là où ils voulaient. C'est pourquoi l'apôtre les appelle « les maîtres des ténèbres ». Nous avons été débarrassés de tout cela par le baptême, comme si nous avions traversé la mer Rouge, rouge du sang sanctificateur du Seigneur crucifié... (Sermon 223E).

Dans ce récit, Augustin voit pour le chrétien un encouragement à espérer et à persévérer, plutôt qu’à désespérer et à poursuivre l'ennemi. Pour lui, le baptême est l'événement constitutif déterminant permettant l'établissement de la véritable identité de chaque personne en tant que membre du Corps du Christ. Il établit un parallèle entre le passage libérateur des fils d'Israël à travers la Mer Rouge et celui du peuple chrétien au moment du baptême. Ces deux démarches libératrices donnent à l’assemblée des croyants de se constituer. En tant que tel, Israël peut librement louer la main salvatrice de Dieu dans le chant victorieux de Miryam et de Moïse. Leur salut établit les fils d’Israël asservis comme les membres de l’unique peuple de Dieu, unis dans un même chant de louange.

Unité

Le passage d’Exode 15 nous montre comment le chemin de l'unité doit souvent passer par l’expérience communautaire de la souffrance. La libération des fils d’Israël de l'esclavage est l'événement fondateur dans la constitution de ce peuple. Pour les chrétiens, ce processus atteint son point culminant dans l'incarnation et le mystère pascal. Bien que Dieu seul soit à l’origine de la libération/du salut, il veut que les réalités humaines soient engagées dans la réalisation de son objectif et de son plan de salut pour son peuple. Dans le baptême, les chrétiens ont part au ministère de réconciliation de Dieu, mais leurs propres divisions entravent leur témoignage et leur mission dans un monde qui a tant besoin de la guérison de Dieu.

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:36

PRÉPARATION DU MATÉRIEL DE LA SEMAINE DE PRIÈRE
POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS 2018

Ce sont les Églises aux Caraïbes qui ont été désignées pour faire la première rédaction des textes de cette année. Sous la responsabilité de Mgr Kenneth Richards, Archevêque catholique de Kingston et responsable à l’œcuménisme de la Conférence épiscopale des Antilles, et de M. Gerard Granado, Secrétaire général de la Conférence des Églises de la Caraïbe (CEC), un groupe œcuménique formé de femmes et d’hommes a été invité à préparer ce matériel.

Nous remercions en particulier les responsables de la CEC, de la Conférence épiscopale des Antilles et tous ceux qui ont contribué à sa réalisation :

  • Mgr Kenneth D. Richards – Coordinateur du groupe de rédaction de la SPUC 2018, Conférence épiscopale des Antilles (CEA), Président de la Commission pour l’œcuménisme de la CEA, Archevêque de Kingston, Jamaïque (catholique)
  • M. Gerard A.J. Granado, M.Th. (Édimbourg) – Secrétaire général, Conférence des Églises de la Caraïbe (CEC), organisateur du groupe de rédaction de la SPUC 2018, Trinidad et Tobago (catholique)
  • Pr Luis N. Rivera-Pagan – Professeur émérite d’œcuménisme, Princeton Theological Seminary, N.Y., Puerto Rico (baptiste)
  • Rév. Kirkley Sands, Ph.D. – Chapelain, Codrington Theological College, Église de la Province des Antilles, Bahamas (anglican)
  • Rév. Patmore Henry – Secrétaire, Connexional Conference, Église méthodiste aux Caraïbes et aux Amériques (EMCA), Antigua (méthodiste)
  • Dr Oluwakemi Linda Banks, Ph.D.  – Membre du Conseil de présidence de la CEC, psychologue, Anguilla (anglicane)
  • Mme Nicole Poyer – Responsable du Groupe Taizé (groupe œcuménique) de Trinidad et Tobago, étudiante de Master en théologie, Trinidad et Tobago (catholique)
  • Très Rév. Glenna Spencer – Évêque, Église méthodiste aux Caraïbes et aux Amériques (EMCA), ancien membre du Comité central du Conseil œcuménique des Églises (COE), Guyane (méthodiste)
  • Très Rév. Kingsley Lewis, Ph.D. – Évêque, Église morave (Province des Antilles orientales), Président émérite de la CEC, Antigua (morave)
  • Rév. Elvis Elahie, M.Th. (Édimbourg) – Modérateur émérite de l’Église presbytérienne à Trinidad et Tobago (EPTT), Directeur émérite du St. Andrew’s Theological College, Trinidad et Tobago (presbytérien)
  • Rév. Marjorie Lewis, Ph.D. – Présidente émérite, United Theological College of the West Indies (UTCWI), Jamaïque (Église unie en Jamaïque et aux Îles Caïmans)
  • Rév. George Mulrain, Ph.D. – Président émérite de la Connexional Conference, Église méthodiste aux Caraïbes et aux Amériques (EMCA), Trinidad et Tobago (méthodiste).

Les textes, prières et réflexions choisis ou préparés par le groupe local de rédaction ont été présentés au Comité international formé par le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens (CPPUC) et le Conseil œcuménique des Églises (COE). Lors de cette rencontre qui s’est tenue au Centre Emmaüs de Nassau (Bahamas) du 3 au 7 septembre 2016, le projet de texte a été révisé et définitivement mis au point. Les membres du Comité international ont eu l’opportunité de visiter le Musée Pompey installé dans la Vendue House et consacré à l’histoire de l’esclavage et de l’émancipation. Cette expérience leur a permis de rendre hommage au combat pour la liberté des Bahamiens et, plus globalement, des habitants des Caraïbes.

Le Comité international remercie l’Archevêque Patrick Pinder et l’Archidiocèse de Nassau pour la généreuse hospitalité avec laquelle ils l’ont accueilli au Centre Emmaüs ainsi qu’aux personnes qui y sont employées et ont assuré leur confort durant leur séjour. Ses membres sont également reconnaissants du soutien exprimé par les responsables œcuméniques locaux, le Rév. Dr Ranford Patterson, Président du Conseil chrétien des Bahamas, et le Très Rév. Laish Boyd, Évêque du Diocèse anglican des Bahamas et des Îles Turks et Caïques, qui leur ont rendu visite pour partager leur connaissance du terrain et leur expérience en tant qu’Église locale.

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:33

CÉLÉBRATION ŒCUMÉNIQUE

Introduction

Ta main droite, Seigneur, éclatante de puissance
(Ex 15,6)

Pour cette célébration, on devra disposer d’une Bible et de trois chaînes. Le groupe local des Caraïbes suggère que ces symboles soient placés en évidence dans l'espace de culte.

La Bible est particulièrement importante dans la vie des Églises caribéennes. Au cours de l’histoire, les peuples autochtones réduits à l’esclavage ont connu les atrocités perpétrées par les colonisateurs qui ont en même temps importé le christianisme. Pourtant, dans les mains des peuples opprimés de cette région, la Bible est devenue une source essentielle de consolation et de libération. Cette dynamique de renversement fait de la Bible un symbole particulièrement puissant en soi. Par conséquent, au cours de cette célébration, il est important qu'une Bible de bonne taille soit placée au milieu de l’assemblée et que les lectures soient proclamées à partir de cette Bible, plutôt que d'autres livres ou brochures.

Les chaînes sont un puissant symbole de l'esclavage, du manque d’humanité et du racisme. Elles représentent aussi la puissance du péché qui nous sépare de Dieu et les uns des autres. Le groupe local des Caraïbes conseille d’utiliser de véritables chaînes de fer pendant les prières de réconciliation de cette célébration. Si des chaînes de fer ne peuvent être apportées, il est suggéré d’utiliser d'autres chaînes au fort impact visuel. Au cours de la célébration œcuménique, les chaînes de fer de l'esclavage seront remplacées par une chaîne humaine exprimant les liens de la communion et l’action commune contre l'esclavage moderne et toutes les formes de déshumanisation individuelle et institutionnalisée. Inviter toute l'assemblée à participer à ce geste fait partie intégrante du culte.

Le groupe local des Caraïbes propose que soit entonné, après la proclamation de la Parole, l'hymne « La main droite de Dieu ». Renvoyant au chant de louange de Miryam et de Moïse pour l'action libératrice de Dieu dans le Livre de l'Exode, cet hymne est associé au mouvement œcuménique dans les Caraïbes, car les Églises travaillent ensemble pour surmonter les défis sociaux auxquels sont confrontées les populations de la région.

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:32

Déroulement de la célébration

: Célébrant
T :   Tous
:   Lecteur

Rassemblement

Chant

Pendant le chant, les célébrants entrent. Ils sont précédés d’un assistant portant la Bible qui est placée en évidence au centre de l’espace de culte. Au cours de la célébration, les lectures des Écritures seront proclamées de cette Bible.

Mot d’accueil

C : Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu,
et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous.

T : Et aussi avec vous.

C : Chers amis en Christ, nous voici rassemblés pour prier pour l'unité. Rendons grâce à Dieu pour notre héritage chrétien et pour l’action libératrice et salvatrice du Seigneur dans l'histoire humaine.

Les textes pour la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens de cette année ont été préparés par les Églises des Caraïbes. L'histoire du christianisme dans cette région est paradoxale. D'une part, la Bible a été utilisée par les colonisateurs pour justifier la soumission imposée aux premiers habitants de ces terres, et celle d'autres êtres humains qui furent déportés d'Afrique, d'Inde et de Chine. Un grand nombre d’entre eux ont été exterminés, enchaînés et asservis, soumis à d’injustes conditions de travail. D'autre part, la Bible est devenue source de consolation et de libération pour beaucoup de ceux qui ont souffert sous le joug des colonisateurs.

Aujourd'hui, la Bible continue d’apporter consolation et libération, encourageant les chrétiens des Caraïbes à réfléchir aux situations qui actuellement portent atteinte à leur dignité humaine et à leur qualité de vie. Alors que les chaînes de fer de l'esclavage tombent de nos mains, un nouveau lien d'amour et de communion émerge dans la famille humaine, exprimant l'unité pour laquelle prient nos communautés chrétiennes.

Invocation du Saint-Esprit

La réponse à l'invocation peut être chantée.

C : Avec les chrétiens des Caraïbes, demandons au Saint-Esprit d’embraser nos cœurs alors que nous prions pour l'unité de l'Église. Unis tes serviteurs dans le lien de l'unité.

T : Viens, Esprit Saint !

C : Enseigne-nous à prier.

T : Viens, Esprit Saint !

C : Libère-nous de l'esclavage du péché.

T : Viens, Esprit Saint !

C : Aide-nous dans notre faiblesse.

T : Viens, Esprit Saint !

C : Rétablis-nous comme tes enfants.

T : Viens, Esprit Saint !

Chant de louange

Prières pour la réconciliation

C : Nous n'avons pas reçu un esprit d'esclavage pour nous réfugier dans la peur. Implorons la miséricorde de Dieu, confiants dans la puissance salvatrice de la main droite de Dieu.

Trois membres de l'assemblée s’avancent, chacun portant une chaîne. Après chaque prière et répons, un des intervenants laisse tomber à terre une chaîne. Un Kyrie peut être chanté.

L1 : Des structures qui avilissent la dignité humaine et introduisent de nouvelles formes d'esclavage, délivre-nous, Seigneur.
Kyrie eleison.

T : Kyrie eleison.

L2 : Des décisions et des actes qui réduisent nos frères et sœurs à la pauvreté, à la marginalisation ou à la discrimination, délivre-nous, Seigneur.
Kyrie eleison.

T : Kyrie eleison.

L3 : De la crainte et du soupçon qui nous séparent les uns des autres et posent des limites à l'espérance et à la guérison, délivre-nous, Seigneur.
Kyrie eleison.

T : Kyrie eleison.

C : Le Seigneur est notre force et notre puissance, il est notre salut. Que Dieu, qui nous a rachetés du péché, nous guide vers sa sainte demeure.

T : Amen.

Proclamation de la Parole de Dieu

C : Libère-nous, Seigneur, de l'oppression des hommes,
T : Et nous garderons tes préceptes.

C : Pour tes serviteurs, que ton visage s’illumine :
T : Enseigne-nous tes décrets (cf. Ps 119,134-135)

Première lecture : Exode 15,1-21 

L : Écoutez et vous serez libérés.
T : Nous rendons grâce à Dieu.

Il est préférable de chanter le psaume.

Psaume 118,5-7,13-24

R/ : Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour !

Dans mon angoisse j’ai crié vers le Seigneur,
et lui m’a exaucé, mis au large.
Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas ;
que pourrait un homme contre moi ?
Le Seigneur est avec moi pour me défendre,
et moi, je braverai mes ennemis. R/

On m’a poussé, bousculé pour m’abattre ;
mais le Seigneur m’a défendu.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut. R/

Clameurs de joie et de victoire 
sous les tentes des justes :
« Le bras du Seigneur est fort,
le bras du Seigneur se lève, 
le bras du Seigneur est fort ! » R/

Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
il m’a frappé, le Seigneur, il m’a frappé,
mais sans me livrer à la mort. R/

Ouvrez-moi les portes de justice :
j’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
« C’est ici la porte du Seigneur :
qu’ils entrent, les justes ! »
Je te rends grâce car tu m’as exaucé :
tu es pour moi le salut. R/

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! R/

Psautier œcuménique

Deuxième lecture : Romains 8,12-27

L : Écoutez et vous serez libérés.
T : Nous rendons grâce à Dieu.

Un Alléluia approprié peut être chanté avant et après la proclamation de l’Évangile.

Marc 5,21-43

L : Écoutez et vous serez libérés.
T : Nous rendons grâce à Dieu.

Prédication

Chant

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:31

C’est la main de Dieu

Le Symbole des Apôtres

Prière universelle

C : En rendant grâce d’avoir été libérés de l’esclavage du péché, présentons au Seigneur nos espoirs : demandons-lui de briser les chaînes qui nous asservissent et de nous unir dans les liens de l’amour et de la communion.

Chaque intercession est lue par un lecteur différent. À mesure qu'ils finissent, les lecteurs s’unissent à d’autres membres de l’assemblée en leur donnant la main ou le bras, créant ainsi une chaîne humaine.

L1 : Dieu de l'Exode, tu as guidé ton peuple à travers les eaux de la Mer Rouge et tu l’as sauvé. Sois avec nous et affranchis-nous de toutes les formes d'esclavage et de tout ce qui anéantit la dignité humaine.

T : Étends tes mains sur nous, Seigneur, afin que nous vivions.

L2 : Dieu d'abondance, dans ta bonté tu pourvois à tous nos besoins. Sois avec nous, aide-nous à dépasser notre égoïsme et notre cupidité et donne-nous le courage d'être des instruments de justice dans le monde.

T : Étends tes mains sur nous, Seigneur, afin que nous vivions.

L3 : Dieu d'amour, tu nous a créés à ton image et tu nous a sauvés en Christ. Sois avec nous et donne-nous la force d'aimer notre prochain et d'accueillir l'étranger.

T : Étends tes mains sur nous, Seigneur, afin que nous vivions.

L4 : Dieu de paix, tu restes fidèle à l’alliance que tu as conclue avec nous, même quand nous nous éloignons de toi. En Christ tu nous as réconciliés avec toi. Sois avec nous, fais naître en nous un esprit nouveau et purifie nos cœurs afin que nous rejetions la violence et devenions des serviteurs de ta paix.

T : Étends tes mains sur nous, Seigneur, afin que nous vivions.

L5 : Dieu de gloire, tu es tout-puissant et pourtant, en Jésus, tu as voulu vivre dans une famille humaine. Dans les eaux du baptême, tu nous a adoptés comme tes enfants. Sois avec nous, aide-nous à rester fidèles à nos engagements familiaux et à nos responsabilités dans notre société, et à renforcer les liens de communion avec nos frères et sœurs en Christ.

T : Étends tes mains sur nous, Seigneur, afin que nous vivions.

L6 : Dieu, un en trois personnes, en Christ tu nous as unis à toi et les uns avec les autres. Sois avec nous, par la puissance et la consolation de l’Esprit Saint, libère-nous de l'égocentrisme, de l'arrogance et de la peur qui nous empêchent de rechercher de toutes nos forces la pleine unité visible de ton Église.

T : Étends tes mains sur nous, Seigneur, afin que nous vivions.

Notre Père

C : Joignons nos mains à celles de nos voisins et unis non par des chaînes mais par l’amour du Christ qui a pénétré en nos cœurs, prions le Père comme Jésus nous l’a enseigné.

La prière du Notre-Père peut être chantée.

Notre Père…

Après le Notre-Père, les mains toujours unies, l’assemblée peut entonner un chant bien connu célébrant son unité.

Après ce chant, les membres de l’assemblée échangent un geste de paix.

Envoi

C : Sauvés par la main droite de Dieu et unis dans l’unique Corps du Christ, allons dans la puissance de l’Esprit Saint.

T : L’Esprit du Seigneur est sur nous
car le Seigneur nous a choisis
pour apporter la bonne nouvelle aux pauvres,
pour proclamer la libération de ceux qui sont captifs
et redonner la vue aux aveugles,
pour que les opprimés soient affranchis,
pour proclamer l’année de la faveur du Seigneur.
Amen ! Alléluia !

Chant

REFLEXIONS BIBLIQUES
ET PRIÈRES POUR LES « HUIT JOURS »

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:29

1er Jour   Vous aimerez aussi l’étranger car vous étiez étrangers en Égypte

 

Lv 19, 33-34   Tu aimeras l’émigré comme toi-même

Ps 146              Le Seigneur protège les immigrés

Hb 13, 1-3        Certains, sans le savoir, ont accueilli des anges

Mt 25, 31-46    J’étais un étranger et vous m’avez recueilli

Après être devenue la première république noire indépendante, Haïti a accueilli d'autres personnes réduites en esclavage et en quête de liberté. Ces dernières années, les Haïtiens ont dû faire face à de graves difficultés économiques et nombre d’entre eux ont abandonné les lieux où ils vivaient, entreprenant de périlleux voyages dans l'espoir de trouver une vie meilleure. Souvent, ils se sont heurtés à des attitudes hostiles et à des obstacles juridiques. Le Conseil des Églises des Caraïbes s’est engagé dans des activités de sensibilisation par rapport aux pays limitant ou privant les Haïtiens de leurs droits de citoyens.

Réflexion

Le souvenir de ce que vécurent les fils d’Israël en Égypte, où ils furent traités en étrangers, est à la base de l'enseignement de la Loi qui veut que les membres du peuple de Dieu accueillent l'étranger parmi eux. La mémoire de leur propre exil devrait susciter empathie et solidarité envers les exilés et les étrangers de notre temps. Comme pour Israël, notre expérience chrétienne commune de l'action salvatrice de Dieu va de pair avec le souvenir de l'aliénation et de l’éloignement – dans le sens de l'éloignement de Dieu et de son royaume. Cette mémoire chrétienne a des implications éthiques. Dieu a rétabli notre dignité en Christ et a fait de nous des citoyens de son royaume, non pas parce que nous avons fait quoique ce soit pour le mériter, mais parce que dans son amour il nous en fait don gratuitement. Nous sommes appelés à agir de même, librement et encouragés par l'amour. L'amour chrétien signifie aimer comme le Père, c'est-à-dire reconnaître la dignité de l’autre et lui donner dignité, et par là même contribuer à la guérison des blessures de la famille humaine.

Prière

Dieu éternel,
tu n’appartiens à aucune culture ni à aucun pays
mais tu es le Seigneur de tous,
tu nous demandes d’accueillir l’étranger au milieu de nous.
Par ton Esprit, aide-nous à vivre en frères et sœurs,
à accueillir chacun en ton nom,
et à vivre dans la justice de ton royaume.
Nous t’en prions, au nom de Jésus Christ.
Amen.

C’est la main de Dieu qui sème sur la terre la paix, l’espoir, la liberté ; de tous les horizons ses enfants afflueront, tout est uni par la droite de Dieu.

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:28

2e Jour    Non plus comme un esclave mais comme un frère bien-aimé

Gn 1, 26-28

Dieu créa l’homme à son image

Ps 10, 1-10

Pourquoi, Seigneur, rester éloigné ?

Phm 

Non plus comme un esclave mais comme bien mieux qu’un esclave : un frère bien-aimé

Lc 10, 25-37

La parabole du bon Samaritain

La traite des êtres humains est une forme moderne d’esclavage où les victimes aboutissent, sous la contrainte ou par leurre, dans un réseau de prostitution, de travail des enfants ou de trafic d’organes au profit d’exploiteurs. Cette industrie multimillionnaire existe à l’échelle mondiale et est un problème croissant aux Caraïbes. Les Églises réformées aux Caraïbes unissent leurs efforts à ceux du Conseil pour la mission mondiale et du Conseil des Caraïbes et d’Amérique du Nord pour la mission pour aider les communautés chrétiennes à mettre fin au fléau de la traite d’êtres humains.

Réflexion

Une des premières choses que nous apprenons au sujet de Dieu quand nous lisons la bible des juifs et des chrétiens est que Dieu a créé l’homme à son image. Malgré tout, cette profonde et magnifique vérité a souvent été ternie ou niée au cours des âges. Sous l’Empire romain, par exemple, la dignité des esclaves était piétinée. Mais le message de l’Évangile se révèle totalement différent. Jésus a défié les normes sociales qui rabaissaient la dignité humaine des Samaritains : pour lui, le Samaritain était le « prochain » de l’homme attaqué sur la route de Jéricho – un prochain à aimer conformément à la Loi. De plus, Paul, enhardi par sa foi en Christ, parle de l’ancien esclave Onesimus, comme d’un « frère bien-aimé », transgressant ainsi les normes de la société dans laquelle il vit et affirmant l’humanité d’Onesimus.

Celui qui aime d’amour chrétien doit toujours aimer avec courage et donc oser dépasser les frontières et savoir reconnaître aux autres une dignité équivalente à la sienne. Comme saint Paul, les chrétiens doivent « avoir en Christ, toute liberté » de reconnaître ensemble et clairement les victimes du trafic d’êtres humains comme leurs prochains et leurs frères et sœurs bien-aimés, et d’unir leurs efforts pour que cesse cet esclavage moderne.

Prière

Dieu de toute grâce,
Approche-toi de ceux qui sont victimes de la traite d’êtres humains,
montre-leur que tu vois leur détresse et entends leur cri.
Fais que ton Église s’unisse avec compassion et courage
et qu’elle travaille pour que vienne le jour
où plus aucune personne ne sera exploitée
et où tous seront libres de vivre dans la dignité et la paix.
Nous prions au nom du Dieu Trinité,
qui peut faire infiniment plus
que ce que nous pouvons demander ou imaginer.
Amen.

C’est la main de Dieu qui relève sur terre un par un ceux qui sont tombés ; chacun est reconnu, personne n’est perdu,tout est sauvé par la droite de Dieu.

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:26

3e Jour    Votre corps est un temple de l’Esprit Saint

Ex 3, 4-10

Dieu libère ceux qui sont esclaves

Ps 24, 1-6    

Seigneur, nous sommes le peuple qui recherche ta face

1 Co 6, 9-20

Glorifiez donc Dieu par votre corps

Mt 18, 1-7

Malheureux l’homme par qui la chute arrive !

Nombreuses sont les Églises chrétiennes aux Caraïbes qu’inquiète le problème de la pornographie, en particulier celle qui circule sur internet. Celle-ci a des conséquences destructrices pour la dignité humaine, en particulier celle des enfants et des jeunes. Comme l’esclavage, elle transforme les êtres humains en marchandise, prend au piège ceux qui en deviennent dépendants et corrompt toute relation d’amour saine.

Réflexion

Le Livre de l’Exode nous montre le souci de Dieu envers ceux qui sont asservis. Le passage où Dieu se révèle à Moïse dans le buisson ardent est une puissante affirmation de sa volonté de libérer son peuple. Dieu voit leur misère, entend leurs cris et vient alors les délivrer. Aujourd’hui encore, il entend les cris de ceux qui sont esclaves et veut leur rendre la liberté. Parce que la sexualité est un don de Dieu pour les relations entre êtres humains et l’expression de l’intimité, l’usage détourné de ce don par le biais de la pornographie asservit et dévalorise à la fois ceux qui la produisent et ses consommateurs. Dieu ne reste pas insensible à leur détresse et les chrétiens sont appelés à se sentir eux aussi concernés.

Saint Paul écrit que nous sommes appelés à glorifier Dieu par notre corps, ce qui signifie que tout dans notre vie, y compris nos relations, peut et doit être une offrande agréable à Dieu. Les chrétiens doivent travailler ensemble en faveur d’une société qui soit respectueuse de la dignité humaine et ne mette pas d’obstacle devant ces petits qui sont les siens mais, au contraire, leur permette de vivre libres car c’est ce que Dieu veut pour eux.

Prière

Par ta grâce céleste, ô Dieu,
rétablis-nous en esprit et dans notre corps,
fait naître en nous un cœur pur et un esprit sincère
pour que nous glorifions ton Nom.

Fais que les Églises s’unissent dans leurs intentions
pour la sanctification de ton peuple,
par Jésus Christ
qui vit et règne avec toi
dans l’unité du Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.

Amen.

C’est la main de Dieu qui soigne sur la terre les corps et les esprits brisés,
il aime les humains, il les prend par la main, tout est guéri par la droite de Dieu.

Repost 0
Published by Mapuanga terai - dans Aòraa
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Mapuanga terai
  • Le blog de Mapuanga terai
  • : E parau no te faaìte i te mau tïtauraa e hinaarohia ra i te taata ia noaa i te tiàturiraa i te Atua te Vai Nei Au O vau e Vai nei. Te mau manaò i päpaìhia no te turaì ia i te mau feruri ia tià i te taatoàraa i horoà i te faufaa e vai i roto i te reira e te reira, no te mea te vai nei te turämaraa no te tautururaa i te mau faanahoraa e au no te faaaàno te parau.
  • Contact

Recherche

Liens